L’e-manufacturing : produire à l’heure du web

par | Oct 27, 2020 | Externalisation des Achats

Les NTIC ont permis de concevoir une multitude d’outils intelligents pour l’entreprise, des solutions qui permettent d’automatiser et de gérer efficacement les processus de fabrication de ses produits. Mais nous n’en sommes qu’au début. Internet nous promet de grands changements dans le domaine de la diffusion et du partage de l’ensemble des ressources de production.
Et c’est toute la chaîne de production de l’entreprise qui se trouve embarquée dans la nouvelle aventure de l’e-manufacturing.

 

1. Internet : Le langage standard

L’utilisation d’Internet – et des technologies qui l’accompagnent – tend à se généraliser dans les entreprises. Parallèlement les fabricants de solutions informatisées ont largement étoffé leur offre de solutions dédiées à l’automatisation des outils de production. L’entreprise dispose désormais d’un vaste choix de progiciels pour automatiser l’ensemble de la chaîne de fabrication. Mais toute la puissance du web, et notamment celle de ses protocoles, est encore trop rarement exploitée dans le processus de fabrication. Pourtant, dans ce domaine, le web ouvre de nouveaux horizons. Sous le terme  » e-manufacturing  » le web s’intègre donc progressivement à l’ensemble de la chaîne de production et modifie les modes de travail. Et l’on voit poindre de nouveaux comportements au sein de ce que l’on appelle aujourd’hui l’usine intégrée.

2. Le principe d’usine intégrée

L’entreprise dispose déjà d’une offre élargie de solutions logicielles flexibles qui permettent de mettre en relation les outils de fabrication avec les services de gestion administrative. Le principe d’usine intégrée va plus loin car il consiste à optimiser le partage des données et les diffuser à tous les services de l’entreprise (administratif, production, commercial, fournisseur, après-vente…).
L’objectif étant d’accroître la productivité des machines, de réduire les coûts et d’être plus réactif à la demande fluctuante.
La mise en œuvre d’un tel système permet de répondre efficacement à la demande et d’optimiser les outils de production. Ce système permet surtout de faciliter le partage des informations entre les systèmes d’ERP (gestion des ressources de l’entreprise), de MES (traçabilité, pilotage, suivi de qualité,…).
L’entreprise dispose de fait d’une solution globale de gestion de production qui lui permet de contrôler la qualité et le suivi de fabrication et d’obtenir ainsi le rendement optimal de son outil de production.

 

3. L’usine mise en réseau ou e-manufacturing

L’e-business est déjà présent dans bon nombre d’entreprises. Il était donc logique qu’Internet et ses technologies standards fassent leur apparition au sein de la fonction production. Bien qu’il en soit à ses balbutiements, l’e-manufacturing est une nouvelle organisation logicielle qui consiste à intégrer les protocoles Internet dans les systèmes de commande et de contrôle de l’outil de production.
Depuis 20 ans, on assistait à l’automatisation des outils de production (CIM). Mais la ‘webisation’ de la chaîne de fabrication va plus loin.
Car, sans pour autant utiliser le net, la technologie particulière du web, avec ses protocoles et langages standardisés, permet de mettre en place une plate-forme d’échanges d’informations entre tous les systèmes de gestion, et principalement l’ERP, présents au sein de l’entreprise.
Cette plate-forme peut fonctionner en interne (par intranet) ou hors de l’entreprise (via Internet ou extranet).

Le principal atout de l’e-manufacturing est de reposer sur un protocole de communication standard et de proposer une interface (le navigateur ou browser) reconnue et utilisable par tous. Les utilisateurs disposent dès lors d’un accès distant et en temps réel à l’ensemble des applications du système de production de l’entreprise.

 

4. Relier les systèmes de production et la gestion administrative

L’e-manufacturing conduit tout naturellement au concept d’usine intégrée.
En effet, les flux d’informations peuvent dès lors être partagés par tous les services. La collaboration entre l’administration et la production est optimale et s’effectue en temps réel. Le partage de données facilite le contrôle des outils de production et permet de faire remonter l’information vers l’ERP afin que la prise de décision soit rapide, adaptée donc efficace. Dans l’autre sens, les décisions deviennent plus rapidement accessibles par les opérateurs des unités de production. La réactivité de l’ensemble de la chaîne de production est optimale. En amont, une parties des données peut être diffusée auprès des services commerciaux (via un système de relation clients de type CRM) afin que qu’ils disposent d’informations fiables sur la disponibilité des produits.
L’e-manufacturing se révèle être un puissant outil informationnel destiné à adapter la capacité de production en fonction de la demande. En outre, il permet de relier toutes les fonctions de l’entreprise entre elles en abolissant le temps et les distances. Plus globalement, l’e-manufacturing (déjà très présent dans l’industrie informatique) est à l’origine de nouvelles formes de gestion des tâches que l’on regroupe sous le vocable ‘travail collaboratif’.

5. L’émergence du travail collaboratif

L’utilisation croissante de progiciels intégrant les technologies web favorise le partage de données par un grand nombre de personnes. Parallèlement, les entreprises font fréquemment appel à du personnel ou sous-traitants externes provoquant ainsi l’éclatement géographique des équipes de travail. On assiste alors à la naissance de nouveaux modes de travail collaboratif qui utilisent la technologie web comme support pour faciliter le regroupement et l’échange des données. Cette nouvelle forme de collaboration suppose que l’information demeure en permanence disponible sur un serveur central. Les données peuvent être consultées depuis n’importe quel PC équipé d’un simple navigateur. Chaque utilisateur peut ‘intervenir ‘ en temps réel pour vérifier, ajouter, effacer ou modifier des informations.
Le travail collaboratif en est à ses débuts, mais on imagine aisément les domaines dans lesquels il risque de devenir rapidement incontournable. Citons, entre autres :

  • La relation fabricant-concepteur
    Les données de fabrication d’un produit sont diffusées simultanément auprès du concepteur et des fabricants. Le concepteur peut contrôler depuis n’importe quel endroit du globe l’évolution de la commande, l’état des stocks… 
  • La maintenance
    L’outil de production peut être contrôlé par plusieurs personnes en permanence et à distance (télé maintenance) afin d’optimiser les opérations de maintenance.

 

6. Une offre croissante d’applications  » web « 

Dans le domaine de l’automatisation, les fabricants de machines ont déjà commencé à intégrer les protocoles web dans leurs systèmes. Le marché du progiciel est quand à lui florissant et les éditeurs proposent une offre abondante de solutions dédiées au  » travail collaboratif « .
En ce qui concerne la plate-forme informatique, deux sociétés se partagent la quasi totalité du marché : Microsoft et Sun. Microsoft qui offre la solution Windows (CE,…), a récemment développé le protocole .NET ainsi qu’un nouveau langage de programmation baptisé C#. Sun est le père du langage Java. Ce langage permet d’implémenter les technologies objets et est le plus utilisé à ce jour.

L’e-manufacturing est plein de promesses. Avec les langages standards de l’Internet, l’entreprise peut désormais optimiser l’automatisation de son outil de production. Mieux, elle dispose aujourd’hui d’une technologie accessible pour réorganiser en profondeur la communication entre ses différents services. Vaste projet… car il lui faudra définir de nouveaux modes de travail et, peut-être remettre en cause certains comportements  » traditionnels « .
Mais n’est-ce pas là le prix à payer pour répondre efficacement aux demandes d’un marché en constante mutation.

Qu’est ce qu’un SLA ?

Qu’est ce qu’un SLA ?

Vous trouverez ci-dessous des réponses aux questions courantes sur les accords de niveau de service et des conseils sur la façon dont votre organisation peut élaborer des accords de niveau de service efficaces avec vos fournisseurs et partenaires. Définition de SLA Un...

lire plus
Les bénéfices de l’e-procurement

Les bénéfices de l’e-procurement

Les bénéfices d'une solution Procure-to-Pay en vidéoLes bénéfices qu'apporte une solution d'e-Procurement Les bénéfices de l'e-procurement sont incontestables pour les entreprises. En effet, dans un contexte de globalisation des marchés et un environnement de plus en...

lire plus

Par Tabara, le 27/10/2020

Mentions légales

Share This