L’entreprise adaptable doit continuellement être capable d’anticiper et de gérer à moindre risque les transformations organisationnelles induites par les approches d’externalisations des achats.

Pour cela elle doit initier les actions transversales de rationalisation et de normalisation, notamment sur les processus et les systèmes d’information achats, afin de pouvoir dés-imbriquer les activités.

Engager les actions de reengineering des processus achats

optimiser processus achatEngager les actions de reengineering des processus achats permet de rendre ceux-ci plus homogènes préalablement à tout transfert vers un prestataire extérieur.

“Quand on affronte les problèmes de demain avec les organisations d’hier, on récolte les drames d’aujourd’hui ”. Michel Crozier

Ainsi l’externalisation des achats de classe C nécessite généralement des actions de dématérialisation des processus pour supprimer tout échange d’information papier, automatiser et améliorer la qualité du traitement et surtout limiter les risques opérationnels. Il s’agit donc d’une nouvelle approche de reengineering des processus, non plus uniquement pour optimiser l’efficacité et la productivité, mais surtout pour être capable d’envisager les approches d’industrialisation en maîtrisant les risques.

S’équiper d’un système d’information achat

Urbaniser les systèmes d’information achat permet de les rendre modulaires et « sécables ». Ainsi tout ou partie des achats de faibles montants peuvent être transférées rapidement et à moindre coût sans entraîner de rupture de la chaîne d’approvisionnement, ce qui est essentiel dans une logique d’externalisation. Ces approches peuvent aller parfois à l’encontre des stratégies informatiques engagées depuis des années par les entreprises qui ont cherché à intégrer leur système, notamment à travers la mise en place d’ERP comme SAP ou Oracle. Dès lors, elles doivent engager des réflexions sur leur architecture, pour rendre leur système d’information compatible avec des logiques d’externalisation.

Anticiper le changement en interne

externaliser achatsLes acteurs ayant le plus d’expérience et de maturité sur le processus d’externalisation des achats de classe C l’anticipent très en amont en engageant les actions de transformation ad hoc. A contrario, ceux qui ont peu d’expérience ont tendance à d’abord « offshorer » pour ensuite rationaliser leur processus sur site. Les retours sur investissement des projets d’externalisation des achats sont très hétérogènes et montrent que les acteurs ayant les meilleures performances économiques sont ceux qui ont professionnalisé le processus achat.

Ainsi la capacité à professionnaliser les processus d’externalisation des achats devient un véritable levier de performance et de réussite de ce type de projet. Cette compétence est un processus métier à part entière, facteur durable de compétitivité. C’est pourquoi les acteurs les plus matures, qui capitalisent sur leur expérience des projets d’externalisation, sont capables de gérer de façon répétée ces projets en maîtrisant les risques et en assurant ainsi l’atteinte des objectifs, notamment économiques.

Share This